Suppléments de vitamines et de minéraux : avantages pour le sportif. Partie 1. Vitamines

Les vitamines sont des composés organiques essentiels qui servent à réguler les processus métaboliques et neurologiques, à synthétiser l’énergie et à prévenir la destruction des cellules. Les vitamines liposolubles comprennent les vitamines A, D, E et K. L’organisme stocke les vitamines liposolubles dans divers tissus, ce qui peut entraîner une toxicité si elles sont consommées en quantités excessives. Les vitamines hydrosolubles sont constituées de l’ensemble du complexe des vitamines B et de la vitamine C. Ces vitamines étant hydrosolubles, leur apport excessif dans les urines est exclu, à quelques exceptions près (par exemple, la vitamine B6, qui peut provoquer des lésions nerveuses périphériques si elle est consommée en excès).

Vitamine A

Composant de la rhodopsine (pigment visuel) impliqué dans la vision nocturne. Certaines personnes pensent que la prise de vitamine A peut améliorer la vision sportive, qui est importante pour le tir. Cependant, aucune étude n’a montré que la prise de vitamine A améliore la condition physique.

Vitamine D

Favorise la croissance et la minéralisation des os. Améliore l’absorption du calcium. La prise de calcium peut aider à prévenir la perte osseuse chez les athlètes sujets à l’ostéoporose. Cependant, les suppléments de vitamine D n’améliorent pas la condition physique, bien que certaines études aient montré une plus grande force physique chez les personnes ayant plus de vitamine D dans leur alimentation, mais rien ne prouve que cela soit dû à la supplémentation.

Vitamine E

En tant qu’antioxydant, il aide à prévenir la formation de radicaux libres pendant un exercice intense et empêche la dégradation des globules rouges, améliorant ou maintenant l’apport d’oxygène aux muscles pendant l’exercice. Certaines données suggèrent qu’elle pourrait réduire le risque de maladies cardiovasculaires ou la fréquence des crises cardiaques répétées. De nombreuses études montrent que la prise de vitamine E peut réduire le stress oxydatif causé par l’exercice. Cependant, la plupart des études montrent qu’il n’y a pas d’effet sur les performances lors d’un exercice au niveau de la mer. Cependant, à des altitudes plus élevées (haute altitude), la vitamine E peut améliorer les performances physiques. Des recherches supplémentaires sont nécessaires pour déterminer si une supplémentation à long terme peut aider les athlètes à mieux tolérer l’entraînement.

Vitamine K

Un rôle important dans la coagulation du sang. Il existe également des preuves qu’il peut influencer le métabolisme osseux chez les femmes ménopausées. Il a été rapporté que la supplémentation en vitamine K (10 mg/jour) des athlètes féminines d’élite augmente la capacité de l’ostéocalcine à fixer le calcium et augmente les marqueurs de la formation osseuse de 15 à 20 % et diminue les marqueurs de la résorption osseuse de 20 à 25 %, ce qui indique un meilleur équilibre entre la formation et la résorption osseuses.

Thiamine (B1)

Théoriquement utile pour améliorer le seuil anaérobie et le transport du CO2. La carence en B1 peut réduire l’efficacité des systèmes énergétiques. L’apport en thiamine n’a pas d’effet sur les performances physiques des athlètes ayant un apport normal.

Riboflavine (B2)

Impliqué dans le métabolisme énergétique. Théoriquement utile pour augmenter la disponibilité de l’énergie pendant le métabolisme oxydatif. L’apport de riboflavine provenant de suppléments n’affecte pas les performances physiques des athlètes à une consommation normale.

Niacine (B3)

Participe au métabolisme énergétique. Pendant l’exercice, on pense que la niacine augmente la concentration d’acides gras, diminue le taux de cholestérol, améliore la thermorégulation et augmente la disponibilité de l’énergie pendant le métabolisme oxydatif. Des études montrent qu’une supplémentation en niacine (100-500mg/jour) peut contribuer à réduire les taux de lipides sanguins et à augmenter les taux d’homocystéine chez les patients atteints d’hypercholestérolémie. Cependant, une supplémentation en niacine (280 mg) pendant l’exercice réduit les performances en inhibant la mobilisation des acides gras.

Pyridoxine (B6)

Recommandé comme supplément pour améliorer la masse musculaire, la force et la puissance aérobique dans les systèmes lactique et oxygène. Il peut également avoir un effet calmant, qui est associé à une meilleure performance mentale. La pyridoxine n’a pas amélioré la performance aérobie ou l’accumulation d’acide lactique chez les athlètes bien nourris. Cependant, lorsqu’elle est associée aux vitamines B 1 et B 12, elle peut augmenter les niveaux de sérotonine et améliorer la motricité fine, ce qui peut être nécessaire dans des sports tels que le pistolet et le tir à l’arc.

Add a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *